#NonAuHarcèlement

Le harcèlement scolaire est une réalité qui touche le très jeune public comme cet enfant de 7 ans :

 

Mais il peut également toucher des enfants et adolescents plus âgés. TB-ABDL-FR s’engage et poursuit la diffusion de la campagne de sensibilisation contre le harcèlement scolaire et le cyber-harcèlement.

Pourquoi notre site s’engage ?

Notre communauté est composée de mineurs de 15 ans et plus, qui peuvent se trouver dans une situation de harcèlement, soit en tant que victime,  témoin ou auteur.

Pour voir la bannière, vous devez désactiver votre Adblock (aucune pub envahissante n’est présente sur le site !)

Tu es victime de harcèlement et tu veux en parler de manière anonyme ? Rends-toi sur Net Ecoute !

Tu peux discuter avec eux par téléphone mais aussi par Chat, Messenger ou Mail !!!

Et pour la nudité ?

Ce que dit la Loi :

La loi réprime le « revenge porn », la « vengeance pornographique » par la diffusion de photographies intimes. Depuis la loi du 7 octobre 2016, les documents ou enregistrements présentant un caractère sexuel obtenus avec le consentement de l’intéressé(e) nécessitent son accord préalable avant leur diffusion. À défaut, la loi qualifie la pratique de délit. Les peines prévues sont de deux ans d’emprisonnement et 60 000 euros d’amende.

5 réflexions sur “#NonAuHarcèlement”

  1. Très bon article afin d’encourager les adolescents à parler, à se confier, en cas de harcèlement dans leur vie à l’école 😀
    Je pense pour ma part aussi qu’il y a un très gros manque d’information dans les écoles. Mais ça commence à bouger un peu. J’ai souvenir dans mon ancien lycée qu’il y avait une campagne anti-harcèlement. Mais le tout n’est pas que de partager l’information le plus possible, mais aussi et surtout de savoir repérer les enfants harcelés pour ensuite les aider. Personnellement, dans mon cas, au collège, les profs savaient que j’étais un élève isolé, seul, dans mon monde (j’ai retrouvé une feuille où le psy du collège a indiqué que j’étais « solitaire »). On savait aussi que les autres enfants se moquaient un peu de moi, voir me bousculaient, mais bon, c’est jamais allé plus loin, les profs ont jamais rien fait pour réduire le harcèlement. Pour ça, il y a deux problèmes. Tout d’abord, l’enfant n’ose pas en parler, il ne veut pas que son problème empire ou quoi que ce soit. C’était mon ressentis. Mais de l’autre côté, les profs ne cherchent pas non plus le contact avec l’élève potentiellement harcelé. C’est ce point là qu’il faut travailler je pense.

      1. Oui …
        En fait, pour faciliter les choses, les écoles devraient mettre en place des façons de contacter les enseignants ou les autorités de l’établissement par SMS, par mail, sur un tchat etc. Quelque chose de plus anonyme où l’élève sera moins timide, voir vraiment anonyme s’il le souhaite, afin qu’il reçoit des conseils ou autre.

Laisser un commentaire