Nous mettons régulièrement en avant les auteurs d’histoires TB-ABDL francophones, non seulement parce qu’elles sont rares, mais aussi de qualité. Vous pouvez d’ailleurs en découvrir plusieurs (dont celle dont on va parler ci-dessous dans la rubrique Romans de notre site)

C’est parti !

Peux-tu te présenter en quelques mots pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Sur internet, puisque dans la « vraie vie » je n’ai pas ce nom-là, je suis Julian Fhox. Je suis un garçon de 16 ans plutôt sociable et qui adore les mathématiques ! Ça ne m’empêche pas d’aimer les arts comme la musique, que je pratique depuis 10 ans (piano), et l’écriture, qui est une passion ! J’écris sur Wattpad depuis près de 4 ans – sous d’autres pseudos – et ma première histoire TB/ABDL est toute récente : Le Petit Secret de Robin.

Comment as-tu découvert la communauté AB-TBDL ?

La première fois que j’ai découvert l’existence d’une communauté TB/ABDL, c’était en recherchant des témoignages à propos de l’énurésie, dont j’ai souffert très longtemps. Je suis tombé alors sur deux résultats : des véritables cas de pipi au lit, et des gens qu’on appelait les ABDL…

Pourquoi écrire sur ce thème ? Est-ce une manière de t’identifier et te projeter dans ces histoires, ou c’est autre chose ?

J’ai choisi de me lancer sur ce thème parce qu’il n’existe que peu de bonnes histoires TB/ABDL sur internet. J’aime lire une plume riche en vocabulaire, grammaticalement correcte et avec une vraie profondeur, mais sur le web, c’est plutôt rare : il n’existe qu’une ou deux histoires bien écrites à propos des TB/ABDL. Alors j’ai décidé de faire de mon mieux pour en rajouter une au compteur : une histoire sur laquelle j’aurais aimé tomber dans mes recherches… Bien entendu, c’est aussi une manière de « vivre TBDL » puisque l’écriture apporte encore plus d’immersion dans l’intrigue que la lecture ! J’accompagne mon héros, Robin, comme si je vivais l’histoire avec lui !

Écris-tu exclusivement sur ce thème ? Des conseils pour réussir à capter le lecteur ?

Comme je l’ai précisé plus haut, je n’écris pas seulement sur ce thème. Je suis un grand fan de la saga Harry Potter, et ça m’a donné goût à la création d’univers merveilleux et profonds. J’aime les défis, et j’écris donc souvent en collaboration (par exemple, l’un écrit un chapitre sans consulter le partenaire, et ce dernier écrit le suivant, et ainsi de suite, sans trame initialement prévue), ou sous contraintes (mots imposés, péripéties préplanifiées …). Pour capter le lecteur, il faut faire ne sorte qu’il n’ait pas à marquer de pauses dans la lecture. J’entends par là qu’il faut adopter une écriture soignée pour que le lecteur ne s’arrête pas sur des fautes d’orthographe et rompe ainsi le lien avec l’intrigue. Je suis également friand des descriptions, cela immerge plus le lecteur dans le récit.

Est-ce que tu trouves qu’écrire sur ce type de sujet « sensible » est plus difficile qu’un autre ?

En ce qui me concerne, je ne trouve pas ce sujet particulièrement difficile. Je pense que les gens qui liront mon histoire sont des gens concernés par le sujet, et donc respectueux de la thématique. Cela enlève la pression du « lecteur satisfait ». En revanche, il existe pour moi bel et bien un point sensible : « Jusqu’où aller ? ». Faut-il éluder les scènes qui peuvent sembler obscènes ? Que décrire dans une scène de lange ? Faut-il adopter un point de vue mature ou innocent ? En bref, à qui adresser le roman ?

Il faut alors trouver un juste milieu entre scènes délicates et insouciance TB/ABDL …

Malgré le fait que cet univers soit jugé très négativement, quel message souhaites-tu faire passer aujourd’hui à travers tes histoires ?

Mes histoires, à l’instar de celles de Babyoned, sont censées apporter une autre vision de l’univers TB/ABDL que celle qu’auraient un public mal informé, ou peu ouvert-d’esprit. Cette vision montre que cette communauté ne fait rien de mal, et qu’il faut la respecter comme n’importe quelle autre communauté « normale ». Bien sûr, on peut ne pas comprendre, mais il faut tolérer, et c’est important de la rappeler.

Mes histoires veulent aussi rassurer les TB/ABDL qui se sentiraient perdus, ou isolés. Ils ne sont pas les seuls à aimer porter des couches, ou à se laisser aller dans un headspace ! Il ne faut pas en avoir honte, et au contraire, il faut le vivre à fond, sans gêne. Lire des histoires comme les miennes, celles de Babyoned, ou de tout autre auteur TB/ABDL, ça permet de se sentir entouré et compris : ça a pour vocation de rassurer.

Alors j’espère pouvoir apporter ma pierre à l’édifice TB/ABDL en faisant voyager une poignée de personnes au travers de mes histoires…

Un grand merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à cette interview ! Si toi aussi tu écris, n’hésite pas à nous  le dire en commentaire, on te permettra également de t’exprimer et mettre en avant ton œuvre !

Catégories : Univers TB-ABDL

Theo

Theo

Administrateur du site

Laisser un commentaire

Oui Non